Maud

Maud  ♥  architecte – Gouaix

Lorsque j’arrive chez Maud, les enfants jouent dehors pendant que les parents échangent quelques mots avec le voisin. Le ton est donné, simplicité et partage. Je rencontre une famille qui a trouvé littéralement son bonheur dans cette ancienne ferme rénovée entourée de vergers devenue leur maison de famille. Un vrai défi pour ce couple d’architectes parisiens qui a restauré cette ferme avec beaucoup d’amour et de gout pour en faire leur cocon familiale. Une maison, synonyme de transmission, dans laquelle on se sent bien immédiatement, où l’on prend le temps de profiter des uns des autres et de partager de bons moments en famille ou entre amis.

Une vie parisienne épuisante gérée à 100 à l’heure mène Maud et son mari Fred (rémois) à chercher un havre de paix, ils rêvent d’une maison de campagne où le temps serait suspendu. L’aventure commence en janvier 2016 lorsque le couple acquiert ce lieu au sculpteur Frédéric Jager qui laissera d’ailleurs de jolies traces de son passage. Une évidence… c’est ainsi que Maud parle de cette maison. Un coup de foudre suivi de 1 an de travaux.

La famille peut à présent y habiter tout en continuant quelques aménagements. Maud m’explique que cet endroit, ils veulent aussi le partager et qu’ils leur a semblé évident de le rendre accessible à d’autres, ils ont donc décidé de le louer certains weekends.

Nous nous installons avec Maud près de la cheminée pour le rituel des questions…

Ta pièce favorite ?

Le salon dans lequel je me pose pour lire avec un cigare près de la cheminée. C’est ici que je lis de vieux contes aux enfants. C’est le cœur de la maison.

Un souhait déco

Un four céramique pour l’atelier, j’aimerai vraiment m’y mettre. Un potager aussi. J’aime toucher la matière, travailler de mes mains. Il y a une notion de temps aussi qui me parle, ce sont des activités qui demande que l’on prenne le temps.

L’objet dont tu ne te sépares jamais

Une photo de moi enfant que mon père a prise lors d’une de nos nombreuses balades en foret pour ramasser champignons, châtaignes… ou juste pour être en lien avec la nature. Lorsque je n’avais pas envie d’y aller, mon père me disait que j’étais en train de me fabriquer des souvenirs et qu’un jour moi aussi j’aurai envie de trouver un lieu pour me ressourcer, que j’aurai envie de le partager avec ma famille. Je suis heureuse de l’avoir trouvé aujourd’hui. J’ai le sentiment que cette maison nous rend invincible, qu’il y règne une véritable énergie familiale.

Souvenir d’enfance

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Je n’achète jamais rien de neuf. Nous écumons les brocantes et les antiquaires. J’aime la patine que donne le temps aux meubles. La seule chose que j’ai acheté en boutique ce sont mes coussins Le Monde Sauvage ! J’adore ce que fait cette marque . Leur dernière collection a même été shooté ici.

Un livre, une musique… pour ta maison

Les livres de Pierre Loty et les contes de Jules Verne, la musique de Yann Tiersen.

Tes spots balade, culture et food préférés ?

Le marché à Provins avec ses commerces de bouche et ses produits du terroir et et dès qu’il y a un  petit rayon de soleil nous enfourchons nos vélos pour aller nous perdre dans les chemins de la réserve naturelle nationale de la Bassée qui est à 5 min à vélo de la  maison… Un vrai bonheur ! C’est un peu l’esprit de mon papa que je retrouve à chaque détour d’un chemin.

Si vous souhaitez découvrir la très jolie maison de campagne de Maud, vous pouvez la louer ici.

Merci Maud pour ton enthousiasme et ta poésie. Merci Fred pour la visite privée et les histoires.

Merci ♥ Eric ♥ de m’avoir accompagnée.

 

Marie Jo

Marie Jo ♥ Responsable stratégie bancaire ∼ Présidente des Sacrées Blogueuses – Reims

C’est par un doux dimanche (c’est important de le préciser en ce moment !) que je pars à la rencontre de Marie Jo et de son intérieur. Autour d’un excellent thé et en compagnie de Pépito le chat, nous entamons la conversation dans le salon baigné de soleil.

Après avoir vécu 10 ans sur Paris, où elle travaille toujours, Marie Jo a envie de se rapprocher de ses amis et de sa famille et revient dans sa ville natale il y a 5 ans. En novembre 2016, elle trouve ce joli appartement rénové proche du centre ville avec tout ce qu’elle aime, des carreaux de ciment, une verrière, de la lumière… elle pose ses valises et sa déco.

Entre un boulot stressant, du télétravail et ses aller-retours en train, Marie Jo tient son blog https://enjoyandsmile.com/ (anciennement « My Wonderwall by Marie ») depuis 2012, sa « bulle d’oxygène » comme elle aime le dire. Un moyen de partager et de s’évader du quotidien dans lequel elle parle de cuisine, déco, voyages… En parallèle, elle crée il y a 2 ans l’association les Sacrées Blogueuses. Suite à un événement organisée pour la blogosphère, Marie Jo rencontre des blogueuses rémoises avec qui le courant passe bien, elle leur propose de participer à un projet qu’elle a en tête depuis un moment : la création du city guide de Reims. Les Sacrées Blogueuses sont nées et le guide aussi. Une belle aventure qui continue, portée par 6 nanas qui fourmillent de projets et dont le prochain événement sera un grand vide dressing prévu en octobre.

Parlons « maison »…

Ta pièce favorite ?

Le salon, c’est l’endroit où je passe le plus de temps, il est lumineux. J’y travaille, j’y reçois, je m’y repose, j’y organise les réunions des Sacrées Blogueuses. C’est mon cocon, je l’ai décoré avec soin, je m’y sens très bien.

Un souhait déco

Un fauteuil Charles Eames, un classique culte du design dans lequel j’aimerai me prélasser et/ou une suspension Vertigo même si je doute que mon salon soit assez grand.

L’objet dont tu ne te sépares jamais

Il y en a plusieurs ! Mon échelle en bois chinée par mon père, que j’utilise comme étagère. Ma lampe trépied, mes parents ont trouvé le pied chez Emmaüs et j’ai rajouté l’abat jour. Mon petit fauteuil bleu que j’ai depuis petite et qui me suit partout. J’aime mixer l’ancien avec des objets qu’on peut trouver dans de grandes enseignes comme Ikea.

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

A Reims, Les Fées de Style, Casanova, à Paris, L’Atelier de Pablo et en ligne, la boutique Twicy. Mais ma boutique préférée reste le grenier de mes parents !

Parlons « dressing »…

Ta it-pièce ?

Mon blazer noire Sandro, un classique que je mixe à l’infini dans toutes les situations et mes escarpins High Django de Sézane.

Un souhait pour ton dressing ?

Un sac Birkin d’Hermès mais j’en ai plein (de souhaits) ! Une bague Liens de Chaumet, des chaussures Ferragamo. De doux rêves mais pour être plus terre à terre, j’aimerais vraiment trouver le jean parfait.

La pièce (vêtement ou accessoire) dont tu ne te sépares jamais ?

Mes boucles d’oreilles en filigrane doré qui viennent du Portugal. Elles symbolisent mes racines portugaises, j’y tiens beaucoup, je les porte à chaque occasion importante.

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Je suis une #sezaneaddict » ! Et j’aime beaucoup le Comptoir des Cotonniers, Des Petits Hauts et la boutique Libertie à Reims.

Chemise et chaussures Sézane

Tes spots balade, culture et food préférés ?

L’Éveil des Thés, j’adore ce lieu et leur chaï tea latte est le meilleur que j’ai pu gouter, Le Coq Rouge pour les soirées tapas, la Brasserie Les Halles 1924 (gérée par les très sympathiques Marie Victorine et Benjamin) pour son excellente cuisine et Le Clos, un incontournable à Reims pour boire un verre entre amis.

Pull Libertie – Jean Madewell – Chaussures Sézane

Merci Marie Jo pour ton accueil et la découverte de ce thé que j’adore en ce dimanche un peu particulier 😉

Blog : https://enjoyandsmile.com/

Instagram : My Wonderwall by Marie

Blog : http://sacreesblogueuses.com/

Blog : https://www.instagram.com/sacrees_blogueuses/

 

Anne-Claire

Anne-Claire pensive dans sa pièce favorite près de sa bibliothèque réalisée sur mesure.

Anne-Claire ♥ avocate et maman de Romane – 4 ans et Violette – 20 mois  ♦  Reims

Lorsque la porte s’ouvre, un nuage de Shalimar flotte dans l’air… « Je pourrais en mettre toute la journée ! » me lance cette jolie rousse. Anne-Claire, jeune avocate dynamique et volubile, m’invite à rentrer dans son appartement moderne et lumineux situé au dernier étage d’une petite résidence. Nous nous installons dans le salon bordé de baies vitrées pendant que Dominique (son mari) travaille dans son bureau et que les petites sont à la sieste… jusqu’à ce que la jolie petite frimousse de Romane apparaisse au coin de la porte et nous rejoigne pour papoter avec nous elle-aussi.

Très vite, Anne-Claire me parle de sa petite Violette, 2 ans, qui souffre de surdité depuis sa naissance. Un discours réaliste mais positif et rempli d’amour qui me touche. La difficulté d’accepter puis faire face à ce handicap grâce à l’amour et au soutien de la famille et des amis, c’est le secret.

Anne-Claire a emménagé dans cet appartement en 2011, son mari y habitait déjà. Pour elle, ce fut comme une toile à peindre, elle y a ajouté sa touche personnelle en préservant l’esprit ouvert et moderne de ce duplex qu’elle fleurit toutes les semaines.

Fauteuil convertible en lit chiné à Isle sur la Sorgue

Parlons « maison »…

Ta pièce favorite ?

Le salon très lumineux grâce aux baies vitrées mais surtout pour ma bibliothèque. Je rêvais d’une bibliothèque sur mesure depuis longtemps. Je me suis inspirée d’un modèle vu dans un bouquin de déco pour la réaliser. Je tiens à préciser que tous les livres qui y sont ont été lus ! Les livres d’art correspondent à des expositions que je suis allée voir, pour moi ce sont des morceaux de vie et d’histoire. Quand je regarde la bibliothèque, cela me procure un certain bien être, c’est difficile à expliquer.

Un souhait déco

De la vaisselle ! J’ai un sérieux problème avec ça, je n’ai pas de service à proprement parler, j’aimerais trouver ma vaisselle de « grande », un peu stylée avec de beaux verres.

L’objet dont tu ne te sépares jamais

Alors attention sujet délicat… j’ai bien conscience que cet objet n’est pas « politiquement correct » et de tous les problèmes liés à la protection animale mais c’est une défense d’éléphant sculptée qui appartenait à mon grand-père. Il me l’a offerte lorsque j’ai eu 18 ans. Il travaillait pour les chemins de fer en Afrique et lorsqu’il est parti en retraite, il l’a reçue en cadeau. Les coutumes étaient différentes à l’époque. Cela me rappelle de doux souvenirs que j’ai avec lui, j’y tiens beaucoup.

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Je fonctionne aux coups de cœur. Je vais souvent au Monoprix, je travaille à coté, j’aime beaucoup les collections réalisées depuis quelques années en collaboration avec des artistes ou des marques comme la dernière avec Albertine dont j’ai acheté quelques pièces. J’aime beaucoup l’artiste rémois IEMZA dont je possède 2 œuvres, une dans le salon et une dans mon entrée.

Parlons « dressing »…

Ta it-pièce ?

Mes escarpins Michel Vivien et mon sac Céline, le modèle « Phantom », un cadeau.

Un souhait pour ton dressing ?

Une bague Pomellato en or rose.

La pièce (vêtement ou accessoire) dont tu ne te sépares jamais ?

Mon alliance.

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Les boutiques de ma copine Céline, Line’CL et Seen, elle a des marques que j’adore comme Set, Paul Smith, Michel Vivien… Je vais aussi souvent chez Intemporel ou Tandem où je trouve des marques comme Sonial Rykiel et Victoria Beckam.

Anne-Claire dans son dressing

Tes spots balade, culture et food préférés ?

Pour déjeuner, j’aime beaucoup aller chez Waïda (place d’Erlon), on y mange bien, c’est frais. J’ai découvert récemment le Doko Koko Bistro, c’est vraiment très bon ! Puis pour assouvir mes envies de gastronomie Les Crayères. Cependant l’endroit que je préfère de tous c’est ma terrasse, ou celle de mes amis, on s’y réunit tous et on passe de très bons moments ensemble chez les uns et les autres et c’est ce qui m’importe le plus.

Collier Hanka_Ïn offert par son amie Céline (Line’cl, Seen), t-shirt Paul Smith, pantalon Dries van Noten chez Intemporel

Merci Anne-Claire pour ton dynamisme et ta positive attitude qui font du bien !

 

Céline

dsc03224

Céline me reçoit dans une demeure chargée d’histoire qui est devenue, il y a 5 ans, son lieu de vie et de travail, la maison d’hôtes : La Demeure des Sacres.

Aux portes de la cathédrale, cet hôtel particulier qui date de fin du XIXème siècle appartenu à la famille Charbonneaux (Verrerie de Reims) à partir de 1895 et fut offert en cadeau de mariage en 1920 à la fille du couple Charbonneaux. Céline, qui a rencontré la petite fille de la famille (95 ans !), me raconte que Mme Charbonneaux (mère) était une référence à l’époque en matière de musique, elle organisait dans le salon art-déco (où nous nous trouvons), des concerts privés de harpe et de piano.

A partir de 1988 la demeure sort de la famille et fut vendu plusieurs fois depuis, jusqu’à ce que Céline la découvre.

Céline, chargée de mission dans la formation professionnelle, souhaite se reconvertir, elle a envie d’entreprendre et la mauvaise posture de son entreprise la décide à le faire. Elle aime recevoir et sa belle famille possède une maison d’hôtes, ce choix se fait donc naturellement. Cependant, elle veut se démarquer et souhaite recevoir chez elle. Céline décide d’en échanger avec son mari puis ses 3 enfants avec lesquels elle s’entretient individuellement pour avoir leur opinion.

Le projet est validé.

Il faut donc trouver la perle rare, une maison assez grande pour y vivre avec sa famille et y accueillir ses hôtes tout en restant dans le quartier de la Cathédrale qu’elle affectionne.

C’est chose faite en 2012 lorsqu’elle trouve cet hôtel particulier en vente depuis 4 ans. Après 10 mois de travaux dans lesquels elle s’investit personnellement, La Demeure des Sacres (nom testé et choisi en famille) ouvre ses portent en juin 2013.

Céline ne fait pas table d’hôtes par choix. Le niveau de qualité qu’elle s’est fixée ne le lui permet pas, elle conseille donc quelques bonnes tables locales à ses hôtes exigeants composés à 80% d’étrangers. Cependant, elle confectionne elle-même confitures et autres pâtisseries, pour le moment tant attendu du petit déjeuner, et se fournit chez des artisans locaux pour le reste.

Quant à la critique, elle essaie de la prendre de manière constructive. Dernièrement un hôte s’est dit déçu ne pas avoir pu gouter de fromages de la région, Céline qui souhaite mettre en avant Reims et sa région, y a depuis remédié…

TA PIÈCE FAVORITE ?

Le salon art-déco avec ce luminaire d’époque fabriqué par un artisan verrier, pour la vue sur le jardin, le volume de la pièce et son histoire (les concerts privés). Nous y recevons nos amis et notre famille aussi.

UN SOUHAIT DÉCO

Un vitrail fabriqué sur mesure par un maître verrier.

TES MARQUES/CRÉATEURS/BOUTIQUES FAVORIS ?

La marque de tissus Casamance (que l’on trouve chez HG à Reims) et la boutique A et M Décoration.

TES SPOTS BALADE, CULTURE ET FOOD PRÉFÉRÉS ?

Le quartier du Boulingrin pour ses commerçants et son esthétisme. Trésors de Champagne sans hésiter pour boire un verre, un décor magnifique et une large sélection. Pour manger, j’apprécie Le Millénaire, un très bon rapport qualité-prix. Pour les balades, j’affectionne Les Faux de Verzy et Hautvillers, nous avons beaucoup de souvenirs de famille liés à ces endroits.

Si vous souhaitez contacter La Demeure des Sacres, rdv sur le site : http://www.la-demeure-des-sacres.com

Constance

Constance  ♥  maman stylée addict au vintage – Paris

Constance est un ovni. Dans une société où la norme est de rigueur, elle sait imposer sa différence de style. Constance ose, Constance assume et c’est ce qui fait qu’on lui envie sa manière de mixer volants, nœuds et chaussettes à paillettes et qu’on adorerait devenir sa meilleure copine. Maman attachante de 3 enfants, Constance adore chiner et s’habiller pour se faire plaisir à elle, comme elle le revendique. Elle a depuis peu créer son blog et ouvert son compte Instagram sur les conseils de ses copines et le succès est au rendez-vous.

Originaire d’Angoulême, Constance tient certainement son style et son gout pour le vintage d’une grand-mère parisienne coquette et gâtée. Après avoir entreprit des études de médecine sans motivation puis des études de droit, Constance suit son mari qui part travailler à Paris. La famille vit depuis quelques années dans un quartier familial et vivant que Constance apprécie beaucoup malgré le rythme parisien qui laisse peu de temps à l’imprévu.

Constance m’accueille dans son adorable appartement parisien un mercredi, jour des enfants, autour d’un café (voire plusieurs) et de succulentes chouquettes.

Constance porte une robe Heimstone – Fauteuil « Croisette » marque Honoré – Porte revues récupéré à l’école des enfants

Parlons « maison »…

Ta pièce favorite ?

Le salon, c’est l’endroit où je bois mon indispensable café en écoutant ma musique et aussi où il m’arrive de prendre un verre de vin le soir avec mon mari. Mais c’est impossible que je ne cite pas la cuisine. J’y suis souvent, j’adore cuisiner mais pas pour le quotidien, pour recevoir. Nous recevons beaucoup, j’adore ça ! J’adore la vaisselle ancienne et surtout mon dernier cadeau : un service Astier de Villatte.

Un souhait déco

Le fauteuil Grand Repos de Jean Prouvé… un fantasme !

L’objet dont tu ne te sépares jamais

Ma collection de nains de jardins. J’en ai à peu près 40 ici et la même chose à Royan où se trouve notre maison de vacances. Les derniers que j’ai trouvé je les ai négocié sur une aire d’autoroute en revenant des sports d’hiver (j’ai un mari très gentil). Je ne pouvais pas passer à coté, Blanche Neige les accompagnait !

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Astier de Villatte bien évidemment, Julie Lamson qui a créé la suspension pour ma cuisine, le concept store Merci, j’aurai rêvé d’ouvrir un endroit tel que celui là ! Puis j’aime beaucoup Le Petit Souk rue Montmartre.

Parlons « dressing »…

Ta it-pièce ?

Ma veste léopard Heimstone que j’adore.

Un souhait pour ton dressing ?

Un smoking Yves Saint Laurent même si je doute qu’il me sied et/ou un pantalon en cuir Jitrois

La pièce (vêtement ou accessoire) dont tu ne te sépares jamais ?

Mes bagues !

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Heimstone et Roseanna.

Tes spots balade, culture et food préférés ?

Ma maison de vacances à Royan, c’est mon oxygène et j’y retrouve toute ma famille. Le Bon Marché c’est ma sortie du jeudi, jour où je n’ai pas les enfants. Je flâne, je prends un café, je déjeune, j’aime l’ambiance douce qui y règne, j’y fais le vide. Merci, mon QG. J’aime aller aux puces. Quoiqu’il en soit ma théière et mes cafés rythment mes journées.

Merci Constance pour ton accueil, ta fraicheur et ton style unique et inspirant.

Blog : Au Pays de Bambi

Instagram : constance.au.pays.de.bambi

 

Maxime

Maxime est un jeune autodidacte, curieux et amoureux des chats, qui me reçoit chez lui dans une maison construite avant la première guerre mondiale et rénovée dans sa quasi totalité par les anciens propriétaires.

Originaire de Reims, il découvre la programmation à 7 ans tout en suivant une classe à horaires aménagés musique au Conservatoire. Passionné et sensible, il décide de s’investir dans un seul domaine et choisit l’informatique.

A 15 ans et soutenu par ses parents, il créé sa première société dans l’informatique .

Son Bac S en poche à 17 ans, Maxime qui se destine à de grandes écoles, décide de rentrer dans la vie active et revend son business florissant pour prendre son indépendance et monter une entreprise dans l’éditions de sites web avec un associé.

L’idée du site très populaire VDM nait d’une discussion en ligne entre Maxime et un ami afin de partager leurs petits tracas du quotidien ponctués d’un #VDM (vie de merde). A la demande des internautes, Maxime et son ami décident de faire de ce blog personnel un site collaboratif où chacun partage une anecdote par jour . Le succès est immédiat.

VDM devient une entreprise à part entière, boutique en ligne, produits dérivés, série TV,  version anglaise (FML) ou encore lancement d’humoriste comme Cyprien, le site fait parti des plus visités de France.

Fort de son succès, Maxime a créé deux autres sociétés et travaille actuellement sur un nouveau projet local.

Celui pour qui la transmission est une valeur importante souhaite créer une interface entre les petites structures indépendantes et les grandes entreprises. Un partage d’expérience à l’image de Quartier Libre, structure éphémère installée à Reims pendant 3 mois et dont la médiatisation n’a pas pu nous échapper. Participer à l’économie locale en développant des réseaux, un objectif ambitieux qui n’effraie pas Maxime.

Dans un autre registre, Maxime et sa femme Roxane ont ouvert le premier bar à chats de Reims, le Ronron Café. Je ne peux que vous conseiller d’y aller prendre un café ou bruncher (il est préférable de réserver), non seulement le concept est génial mais vous serez accueilli par Roxane, une amoureuse des chats qui aura le plaisir de vous présenter ses petits pensionnaires à adopter.

Entouré de Friedrich, Sel et Gin, les 3 chats de la maison, Maxime répond à mes questions…

Portraits peints d’après des photos – Diane Irvine

un conseil pro à donner a quelqu’un qui souhaite se lancer ?

Définir son rôle précis dans le projet et s’y consacrer pleinement, déléguer et collaborer afin de préserver son énergie pour se concentrer sur sa tâche et exploiter 100% de ses compétences.

Un mantra ?

Regarder plus loin, avoir un œil sur l’avenir. J’ai toujours plusieurs projets en cours que je réfléchis sur le long terme.

Parlons « maison »…

Ta pièce favorite ?

La salle à manger car c’est un lieu de partage, de travail mais aussi l’endroit où nous recevons nos amis et notre famille. Je viens d’y installer cette grande table en bois massif symbole de ces valeurs.

Un souhait déco

J’aimerai aménager le hangar au fond du jardin peut être avec un bar ou une cuisine d’été, il y a un gros potentiel à exploiter mais aussi le garage au dessus duquel je souhaite installer un studio.

L’objet dont tu ne te sépares jamais

Une plante que j’ai dans mon bureau. Elle était presque morte quand je l’ai récupéré, à présent elle fleurit même plus que ce qu’elle devrait.

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Je ne fais pas les boutiques. J’aime beaucoup les ventes aux enchères. J’y participe sur le net car c’est plus pratique mais j’aime aussi aller dans les salles de vente. J’ai trouvé la bague de fiançailles de Roxane de cette manière.

Tes spots balade, culture et food préférés ?

Le Parc des Félins à Meaux que nous affectionnons beaucoup avec ma femme, le Ronron Café bien entendu, et Le Bocal, un restaurant situé à l’arrière de la Poissonnerie des Halles, un endroit intimiste.

Merci à Maxime pour ses précieux conseils en lui souhaitant une bonne continuation dans ses projets.

Marie

Manu, Prudence et Marie

Marie : maman voyageuse addict à la mode et à la déco – Reims

C’est une femme chaleureuse et pleine de fantaisie qui m’ouvre les portes de sa maison. Une maman de 3 enfants passionnée de voyages qui apprend l’italien et l’espagnol. Une amoureuse de la mode capable de porter une robe de soirée devant un plateau télé. Une fanatique de la déco qui m’a préparé un délicieux far breton (devenu tunisien) dans une maison des années 50 décorée avec goût et amour.

Marie et sa famille habite cette maison construite en 1953 depuis 2012. Après 2 ans de recherche, ils tombent sur cette perle rare des années 50. Coup de foudre immédiat. Une rénovation de 6 mois est nécessaire, Marie et Manu recherchent eux-mêmes les matériaux, les couleurs, les meubles… afin de rester fidèle au style original de cette maison en béton d’après-guerre très moderne pour l’époque (chauffage au sol, enceintes intégrées dans les murs…). Le résultat est bluffant, j’ai l’impression d’être à Palm Springs dans les années 50… Le soleil en moins.

Parlons « maison »…

Ta pièce favorite ?

Je suis la lumière comme un tournesol. Ma pièce favorite peut être la cuisine où je passe beaucoup de temps, le salon car il est véritablement ouvert sur l’extérieur grâce aux baies vitrées ou ma chambre, je vénère mon lit !

Un souhait déco

Un canapé fourrure des frères brésiliens Campana et un cactus Drocco et Mello.

L’objet dont tu ne te sépares jamais

Ma table Willy Rizzo que j’ai eu chez Nomibis. Pour l’anecdote, lorsque les enfants étaient petits, ils s’amusaient à monter dessus, la forme s’y prêtant bien, mais j’y tiens tellement que je les ai menacés d’être privés de cadeaux durant les 20 prochaines années si elle était abimée… Ce qui a fonctionné (sourire).

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Charles Eames, Le Corbusier, Bertoia, Pierre Paulin… je suis une fan inconditionnelle des créateurs des années 50 à 70 mais je suis aussi une adepte du Bon Coin et d’Emmaüs notamment pour la vaisselle. Dernièrement, j’ai même acheté de la vaisselle au Monoprix, leur collaboration avec Patch NYC est à tomber !

Parlons « dressing »…

Ta it-pièce ?

Mon manteau Marni que je surnomme « mes tranches napolitaines » mais aussi mes sacs Chanel notamment pour leur histoire. J’ai fait mes études de stylisme avec Vanessa Seward avec qui j’étais très copine et lors d’un stage chez Chanel, elle m’a ramené ces sacs et quelques vestes, un véritable trésor pour moi à l’époque et ça l’est toujours.

Un souhait pour ton dressing ?

Une robe vintage Valentino que je suis tout à fait capable de porter lorsque je reçois mes amis à diner. Manu se moque gentiment de moi tous les samedis soir depuis que nous sommes mariés en me demandant si c’est une soirée déguisée (rires).

La pièce (vêtement ou accessoire) dont tu ne te sépares jamais ?

Mes bijoux que je porte tout le temps, pour la plupart des cadeaux de Manu, comme ma bague avec les 3 anneaux gravés avec les prénoms de nos enfants.

Tes marques/créateurs/boutiques favoris ? 

Dries Van Noten, Marni, H&M, Les Aubaines… j’adore mixer les pièces. Quand j’étais petite, comme beaucoup de petites filles, je subtilisais les chaussures et les vêtements de ma mère. J’ai de très jolis souvenirs d’enfance pendant lesquels elle se préparait avant de sortir ou de recevoir, c’était magique. J’ai hérité de son goût pour la mode et la déco.

Tes spots balade, culture et food préférés ?

L’Institut Universitaire du Temps Libre car j’y apprends l’italien et l’espagnol (avec Antonio et Ilaria que j’adore). Nous aimons beaucoup aller au Café du Palais, un endroit accueillant et généreux comme ses propriétaires, Jean François et Delphine, la quatrième génération à gérer cette affaire familiale. Aux beaux jours, nous allons aussi au Clos dans le quartier du Boulingrin. Pour se balader, le quartier du Marais à Paris puis les voyages, nous affectionnons l’Italie et l’Espagne.

Merci à Marie pour sa spontanéité et son accueil, à Manu pour avoir partagé ce moment avec nous et à Prudence pour sa gentillesse et ses chaussettes ♥

Marie porte un ensemble Dries Van Noten, des chaussures Marni et des bijoux Cartier.


 

Gregory – Lampyre

Grégory : créateur de la marque de parfums d’intérieur Lampyre – Reims

J’inaugure aujourd’hui cette nouvelle rubrique avec Grégory, le créateur de la marque rémoise de parfums d’intérieur Lampyre qui me reçoit chez lui, dans son atelier.

Gregory est breton mais d’origine écossaise par son père dont il a hérité le titre de Lord of Glencoe en référence à la parcelle de terrain familiale qu’il possède en Écosse.

Après avoir travaillé pour Guerlain, L’Occitane et d’autres, Grégory décide de mettre son talent au service de ses propres projets. Après une formation de nez dans une école parisienne, il rejoint Reims, sa ville d’adoption et  se lance dans l’organisation d’atelier de création de parfums sur mesure. Puis il s’inspire de l’Art Nouveau, son courant artistique favori dont le fer-de-lance n’est autre que le célèbre illustrateur Alfons Mucha (affichiste pour Moët et Chandon à la fin du XIXéme siècle), pour créer sa propre ligne de parfums d’intérieur.

Lampyre tire son nom des Lampyridae, famille regroupant les lucioles et les vers luisants, ces êtres porteurs de lumière et de chaleur. Étymologiquement Lampyre signifie « briller », le logo reprend d’ailleurs les ailes stylisés des lucioles couronnées d’une flamme qui rappelle celle d’une bougie.

Grégory est un passionné, expert dans son domaine, mi-sorcier, mi-chimiste, nous échangeons à l’heure du thé parmi les fioles et les pipettes pendant que je m’enivre des parfums qui flottent dans l’air.

Quelles sont tes inspirations ?

Un mot, une odeur, un lieu, une matière, tout est source d’inspiration.

Je fais appel à mon imaginaire et à ma vision des choses. Pour la bougie « La Rémoise », j’ai imaginé une femme incandescente et précieuse comme le rubis parée d’un parfum festif et gourmand où le champagne s’habille de fruits rouges, d’agrumes mis en lumière par le musc blanc.

Pour la « Fée Verte », je me suis inspirée de mon voyage à Prague, de l’ambiance d’un bar à absinthe, des flacons et des boiseries aux accents de fumoirs turques.

Il en est de même pour mes collaborations, j’ai créé une bougie pour et avec la boutique Bazarine pour laquelle je me suis inspirée de son univers.

ton parfum…

A chaque moment, son parfum. Au quotidien, je porte Myrrhe Ardente de Annick Goutal qui malheureusement est discontinué… Pour un tête à tête, Aziyadé de Parfum d’Empire et pour une soirée entre amis, les notes légères et poudrées de Shalimar de Guerlain.

Laquelle de tes créations me conseilles-tu ?

Plusieurs me viennent à l’esprit comme « La Fée Verte » ou « Fumerie d’Opium »… mais je pense que « Bois d’Ailleurs » te siérait mieux, un parfum solaire, boisé et épicé.

Tes projets à venir ?

La sortie en mars de mon nouveau parfum « Mumtaz Mahal », inspiré du courant orientaliste de la parfumerie du siècle dernier.

dsc03305-sepia

Lampyre est disponible en ligne et à la boutique Décagone à Reims.

Des news…

Après un mois de janvier bien bien occupé #demenagement #lacomediedereims le temps a manqué pour un nouveau portrait #deception.

MAIS les prochains portraits sont calés ainsi qu’une nouvelle rubrique sur le blog et un nouveau projet…

Je vous retrouve fin février #ski après des vacances attendues avec impatience pour vous en dire plus.

Merci de rester fidèle et bienvenue aux nouveaux abonnés ♥

Hélène

winter-coming-featured_cr